La mutuelle des cheminots ? Bas les pattes !

Beaucoup parmi vous nous interpellent : « La mutuelle, je la paie de ma poche, qu’est-ce que le gouvernement vient faire là-dedans, c’est à moi ! » « Comment ça marche en fait ? C’est quoi la caisse 1, la caisse 3 ? »… Explications.
RAILCARE
Caisse de soins de santé (CSS)
CAISSE 1
Caisse des indemnités
CAISSE 2
Caisse de solidarité sociale
CAISSE 3
La CSS fonctionne comme n'importe quelle autre mutuelle. Elle dispense les interventions du régime obligatoire en matière de soins de santé (visite chez le médecin, remboursement des médicaments etc.). 
Pour la financer, on vous retire 3,55% de votre salaire. Cet argent est envoyé à l'INAMI comme cela se fait pour n'importe quel travailleur en Belgique. L’INAMI veille à ce que chaque assuré social ait accès aux soins de santé et obtienne un remboursement. 
Notre mutuelle reçoit la même chose de l’Etat que les autres.
Qu'on travaille à HR RAIL, à INFRABEL ou à la SNCB, quand on est malade, on continue à toucher son traitement. 
Cette caisse sert donc à octroyer les indemnités d'absence pour maladie et blessure. 
Elle prend à sa charge les soins aux blessés (en cas d'accident de travail par ex.)
Elle assure une multitude d’avantages complémentaires au niveau des soins de santé mais aussi de l’aide sociale, des facilités pour les vacances des enfants et des pensionnés, etc. 
Pour financer cette caisse, chaque agent statutaire en activité verse 0.47% de son salaire et chaque pensionné verse 0,83% de sa pension. 
Cette caisse 3 est financée également à 50% par les employeurs (SNCB, INFRABEL et HR RAIL).
Caisse 2 + caisse 3 = Fonds des oeuvres sociales 
Aujourd’hui, notre mutuelle est attaquée de front. Une proposition de loi a été déposée par la seule N-VA visant à supprimer la Caisse des soins de santé. La CSC-Transcom s’oppose évidemment avec force à cette proposition ! Contrairement à ce que la N-VA raconte, l’Etat ne subsidie pas plus les travailleurs du rail que les autres en Belgique ! Nous l’avons dit et répété : nous nous battrons jusqu’au bout pour la sauvegarde de nos acquis ! 
Quand la N-VA dit qu’elle fait cela au nom de la liberté de choix, afin que chaque cheminot puisse choisir demain sa mutuelle sans être « obligé » de rester à celle du chemin de fer, c’est un leurre. L’affiliation automatique à la CSS vous offre des avantages que vous n’avez pas ailleurs et ça la NVA le sait aussi ! Nous ne sommes pas les seuls à le dire : la Mutualité Chrétienne dans le journal De Morgen du 23 janvier dernier : « Toutefois, la suppression ne sera pas aussi facile que certains le croient. Car la SNCB offre également de nombreux avantages supplémentaires », a déclaré Marc Justaert de la Mutualité Chrétienne. « Je pense notamment à un remboursement plus important pour les médicaments, une assurance hospitalisation très avantageuse, des vacances pour les enfants des employés et ainsi de suite. Tout cela résulte des négociations sociales au fil du temps. Ce n’est pas quelque chose que l’on peut balayer ainsi d’un revers de la main».
Pourquoi faut-il maintenir la caisse des soins de santé interne?
Quand vous allez à la pharmacie, et qu’on vous rembourse plus votre antibiotique que celui du client après vous, c’est parce qu’une autre caisse (pour laquelle tous les cheminots cotisent par solidarité), en plus de la Caisse des soins de santé, vous donne plus d’avantages. De plus, une affiliation automatique à cette caisse pour tous les agents (pensionnés et en activité) permet de :
  • garantir à tous les mêmes avantages : plus il y a de cotisants, plus la somme à répartir est importante !
  • garantir le lien informatique entre les deux : le pharmacien, le médecin à l’hôpital etc., savent immédiatement que vous avez droit au remboursement légal + un complément grâce à la caisse 3. 
C’est pourquoi nous nous battrons jusqu’au bout pour le maintien de notre mutuelle en interne. Ce sont les autres travailleurs qui devraient avoir les mêmes avantages que nous, et non les cheminots qui doivent tout perdre au nom d’un dogme libéral qui n’a même aucune justification économique !