La CSC-Transcom : contre le plan Galant pour le rail !

La CSC-Transcom, secteur Chemins de fer, a consulté ses instances. Sa position est la suivante : le plan de Madame Galant n’est pas un plan ambitieux pour le rail, tel que sa campagne de communication tente de le faire croire. Il hypothèque, au contraire, son avenir. Il est essentiel, voire primordial, que les travailleurs du rail, les navetteurs, les voyageurs et les citoyens soient informés des dangers qu’il renferme. 
Il y a une vision présentée comme stratégique par la Ministre mais il y a, surtout, derrière, des conséquences désastreuses : 
Pour le développement du rail ;
  • Pour le rôle que l’on ne veut pas ou plus lui donner au sein d’une politique de mobilité ; 
  • Pour la viabilité de la SNCB mise en péril et ses conséquences pour le personnel ; 
  • Par la perte de certaines activités qui risquent d’être privatisées ; 
  • Par la suppression des accompagnateurs de train sur les lignes rurales ; 
  • Par l’annulation de la planification et des budgets d’investissement ;
  • Par la réduction du budget pour l’entretien du réseau ferroviaire ; 
  • Par la hausse des tarifs ; 
  • …etc 
Ces quelques exemples de mesures vont à l’encontre de l’intérêt général. 
La CSC-Transcom va vous révéler l’envers du décor, jamais évoqué par la Ministre. Elle persiste, en revanche, à tenter de convaincre qu’elle veut sauver la SNCB mais avec trois milliards en moins en termes de moyens de fonctionnement. Ce sont au final les utilisateurs, les citoyens et les travailleurs du rail qui payeront le prix fort de cette dramatique incohérence. 
Plutôt que d’opter, immédiatement, pour une logique de grève, la CSC-Transcom a, pour l’instant, pris la décision de lancer une très vaste et importante campagne d’information pour sensibiliser un maximum de personnes autour de cette réalité. Le combat, nous voulons le mener avec les travailleurs, les utilisateurs du rail, les associations, les citoyens et les partis de l’opposition et c’est vers eux que nous allons nous tourner. 
Le rail belge est à la croisée des chemins. Nous sommes à l’heure des choix. L’attaque politique est d’envergure et le combat, avec toutes les forces vives, sera de longue haleine mais la CSC-Transcom est prête et convaincue qu’elle peut, avec une mobilisation massive, infléchir cette politique ravageuse.